histoirespourrire

Un site utilisant unblog.fr

Archive pour la catégorie 'Etrange'


LA MAISON HANTEE 3

12 février, 2014
Etrange | Pas de réponses »

Madame S était en arrêt de travail pour deux semaines. Elle prenait dorénavant chaque jour des cachets pour dormir, d’autres pour se décontracter.

Un après-midi, elle s’allongea sur le canapé. Sur le mur juste en face se trouvait un grand miroir avec une importante moulure dorée tout autour. Monsieur S avait tenté de le décrocher pour le remplacer par un cadre, mais il n’avait pas pu le décrocher. Il n’avait pas bougé d’un millimètre, comme soudé au mur.

Madame S regardait le miroir sans réellement le voir. Brusquement, l’image d’un chat tigré passa dans le miroir, et elle entendit en même temps le tintement d’une petite clochette comme celle entendue une certaine nuit. Elle avait toujours désirée un chat, mais son mari prétendait être allergique. Elle savait de façon certaine qu’il n’y avait pas de chat dans la maison. Quoi que ?

Depuis qu’elle avait entendu pour la première fois la clochette son époux éternuait régulièrement. Mais cela ne voulait rien dire.

Elle fit toutefois le tour de la maison sans voir de chat. Elle se recoucha ferma les yeux. Brusquement elle sursauta, un courant d’air glacial venait de passer. Son regard se posa sur le miroir, elle se leva brusquement, regardant de tous côtés. Un visage de femme âgée était apparu cette fois.

Non. Elle devenait folle tout cela venait de son imagination sans plus.

D’autres phénomènes se produisirent, des portes se fermaient seules, d’autres s’ouvraient, la lumière s’éteignait, s’allumait toute seule. Les objets placés dans un endroit disparaissaient et se retrouvaient n’importe où quelques heures plus tard.

Madame S avait une amie qui connaissait de nombreuses choses sur les fantômes. Elle décida de la contacter. Marie saurait ce qu’il fallait faire ou si tout cela n’existait que dans son imagination.

 

-          Je passerai lundi dans l’après-midi. Ton époux sera-t-il là ?

-          Non !

-          Très bien ! Moins il y aura de monde mieux ça sera.

Le lundi suivant son amie était là.

-          Veux-tu un thé ?

-          Pas tout de suite. Je désire faire le tour de la maison avant.

Ce qui fut fait rapidement et elles se retrouvèrent devant la tasse de thé promise.

-          Bon ! Il est évident que cette maison est habitée d’âmes désincarnées. Les meubles sont aussi très chargés du passé des anciens habitants.

-          Et le miroir ?

-          Ce phénomène est fréquent. Les miroirs anciens reflètent des scènes du passé. C’est pour cela qu’on recommande de ne pas en mettre dans les chambres. Cela perturbe le sommeil et donne des cauchemars

-          Et le reste ?

-          Certains esprits désincarnés aiment faire des farces et déplacer les choses où taper dans les portes où les murs.  D’après ce que tu me racontes, il semblerait que les anciens habitants décédés soient encore là.

-          Mais, ils sont morts ! Je croyais qu’ils montaient dans la lumière ou partaient je ne sais où ?

-          Oui, en général mais pas toujours…

La suite la semaine prochaine

LA MAISON HANTEE 2

5 février, 2014
Etrange | Pas de réponses »

La maison hantée 2

 

Le couple décida de peindre au lieu de tapisser. Ce qui fut fait sans aucun problème immédiat.

Un jour qu’ils se promenaient dans la rue un homme les aborda.

- Alors tout ce passe bien dans la maison hantée ?

- La maison hantée ?

- Oui ! C’est ainsi qu’on l’appelle par ici.

- Ah bon ?

- Il doit bien se passer des choses étranges ?

- A part les meubles qui bougent et le papier qui se décolle, sans doute à cause de l’humidité, non rien !

- Mais pourquoi l’appelez-vous la maison hantée ?

- Elle a été louée plusieurs fois mais personne n’est resté. Tous disaient qu’il y avait des fantômes.

- Qu’elle bêtise ah ah ah !

- Vous changerez peut être d’avis.

Madame S déballa des bibelots et les installa sur le bahut de la salle. Le facteur sonna à la porte et elle alla ouvrir. Lorsqu’elle revint certains bibelots avaient disparus, d’autres étaient cassés et jonchaient le sol.

-          Bon sang ! Je ne vais pas croire aux fantômes quand même. Mais qui fait cela ?

Pendant la nuit, elle se réveilla brutalement. Une porte venait de claquer au rez-de-chaussée. Elle secoua son mari qui dormait profondément.

-          Jean, Jean réveilles toi !

-          Quoi ? Qui a-t-il ?

-          Une porte vient de claquer en bas il y a quelqu’un dans la maison.

-          Mais non !

-          Si ! Va voir !

Pour avoir la paix et pouvoir se rendormir il descendit. La porte donnant sur le jardin derrière était grande ouverte. Celle entre le salon et la salle était fermée. Il referma à clé la porte de derrière et remonta se coucher.

-          Alors ?

-          Alors quoi ?

-          Tu as vue quelqu’un ?

-          Non. Tu avais laissé ouverte la porte de derrière et fermée celle entre le salon et la salle.

-          Mais non ! J’ai vérifié avant de monter. La porte était bien fermée.

-          Non ! Elle était ouverte !

-          Monsieur S se rendormit. Son épouse était contrariée. Elle était certaine d’avoir tout fermé.

-          Quelqu’un doit avoir une clé et désire nous faire peur. Peut-être ce bonhomme qui dit que la maison est hantée.

-          La nuit suivante, elle entendit marcher dans le grenier et une clochette teinter.

-          Ce sont sans doute des rats ou des loirs.

-          Non c’était des pas !

-          Bah ! Nous ne sommes pas allés dans le grenier. Demain on ne travaille pas j’irai y jeter un œil et mettre des pièges.

La peinture faite un mois plus tôt commença rapidement à s’écailler. Ils décidèrent de prendre un peintre pour le reste des travaux.

Un jour qu’il faisait de l’orage et du vent madame S toute seule préparait le repas dans la cuisine. Il faisait nuit dehors, une pluie battante commença à frapper les vitres. Elle leva les yeux et regarda dehors un visage blanc à l’extérieur l’observait. Elle poussa un cri et le visage disparu. En même temps, elle senti un courant d’air froid derrière son dos. Elle frissonna et commença à avoir réellement peur. Elle décrocha le téléphone pour appeler Jean mais il n’y avait plus de tonalité. Elle alla dans le salon où elle avait posé son portable sur la table basse, mais il n’y était plus.

Madame S commença à partir de ce jour à ne plus dormir et elle tomba dans une grosse déprime. Le médecin la fit suivre par un psychiatre lorsqu’elle lui  expliqua qu’il y avait des fantômes dans sa nouvelle maison.

 

La suite la semaine prochaine

LA MAISON HANTEE

30 janvier, 2014
Etrange | 1 réponse »

       Monsieur et Madame S… vivaient en location dans un appartement depuis plusieurs années. Après de longues soirées de discussion, pesant le pour et le contre, ils décidèrent d’acheter une petite maison à la campagne. Là encore, on avait beaucoup pensé avant de s’arrêter sur ce choix, l’un préférait la ville et l’autre la campagne. Finalement, on avait choisi cette dernière pour le calme et le petit jardin.

     Ils passèrent la fin de la semaine en recherches vaines, trop onéreuses, trop de travaux, trop loin par rapport au travail de chacun. Cela faisait 6 mois qu’ils cherchaient.

     Puis, un jour en allant se promener sans réellement chercher, ils virent la maison de leur rêve. Une magnifique bâtisse avec un terrain, pas trop grand, ni trop petit. Il y avait un panneau à vendre, mais pas le nom d’une agence. Monsieur S… voyant qu’il y avait du monde un peu plus loin, se dirigea vers eux et demanda s’ils savaient où l’on devait s’adresser pour la maison.

     Le couple le regarda d’un drôle d’air, un peu comme s’il était fada, mais lui indiqua le nom d’une agence.

     Monsieur et madame S… se rendirent directement à l’agence.

- Vous désirez ?

     Monsieur S… Indiqua l’adresse de la maison. Les employées de l’agence immobilière se regardèrent, enfin une dame plus âgée que les autres se leva.

- Oui Monsieur cette maison est bien à vendre.

- Pouvons-nous la visiter ?

     La femme se recula.

- Je suis désolée mais c’est le patron qui fait visiter celle-ci, et il ne sera là qu’en fin de journée.

- Vous êtes certaine de ne pas pouvoir nous la faire visiter ?

- Certaine.

- Pourquoi ?

     La femme hésita un peu puis indiqua qu’il y tenait particulièrement.

- Quand sera-t-il là ?

- Je vais lui téléphoner. S’il peut se déplacer, il viendra très vite.

La femme se rendit dans un bureau et revint quelques instants plus tard.

- Il vient de suite cela lui prendra maxi une petite heure.

- Très bien, nous reviendrons donc dans trois quart d’heure.

     Les employées les regardèrent partir.

- Si on pouvait la vendre celle-là !

- Oui, ce serait un gros poids en moins depuis le temps…

     Monsieur et Madame S arrivèrent en même temps que le propriétaire de l’agence.

- Venez allons y de suite après il fera nuit.

- Il y a l’électricité quand même ? dit en riant madame S.

- oui, mais vous verrez moins bien le jardin.

     L’homme leur ouvrit la porte et alluma les lumières de toute la maison en activant le compteur.

- Voila je vous laisse visiter tranquillement. Je vous attends ainsi vous pouvez voir ensemble.

- Vous ne venez pas avec nous ?

- Non, vous pouvez prendre votre temps.

     Il sembla étrange qu’il ne leur fit pas faire la visite. En général dans les agences on s’empresse plutôt pour cela. Mais bon, ils seraient en effet tranquilles. L’intérieur était propre il y avait des meubles, des tapis au sol et aucune trace de poussière.

- Un peu vieillots les meubles mais bon, on pourrait en changer par la suite.

- Cette maison est grande je trouve.

- Nous allons demander le prix si elle te plait.

- Oui je pourrais même faire mon bureau dans une pièce et toi dans l’autre.

     L’homme de l’agence les attendait en fumant une cigarette. Il les accueillit en souriant.

- Alors elle vous plait ?

- Oui. Toutefois nous ne savions pas qu’il y avait des meubles.

- Les propriétaires n’en voulaient plus ils sont donnés avec la maison.

- Elle est en vente depuis combien de temps ?

- Quelque temps.

- Mais encore ?

- Je n’ai pas la date en tête. Mais c’est une affaire je vous le garantie à ce prix vous ne trouverez jamais plus rien.

- Quel prix ?

- 120 mille euros.

- Toute la maison, les meubles et le terrain ?

- Oui.

- Dans ce cas si elle est en vente aussi bas pourquoi ne l’avez-vous pas encore vendu ?

- Euh… en fait elle était au début très chère, mais là je viens de les contacter pendant que vous visitiez ils sont prêt à la laisser à ce prix…..vous comprenez ils ne veulent pas l’entretenir, payer les charges etc…

- Nous allons réfléchir et nous vous donnerons une réponse assez vite.

     Le couple prit le chemin de leur appartement. Chacun rêvait déjà à la façon d’aménager la maison. Ils se demandaient où ils mettraient les anciens meubles mais cela, ils verraient plus tard. Après de longues discussions ne voulant pas qu’elle leur passe sur le nez ils décidèrent d’appeler et de faire un compromis de vente.

- Je vous assure c’est une affaire.

     Ils eurent facilement leur crédit travaillant tous les deux et ayant de bons salaires. En quelques mois la maison était à eux… Ils voulaient refaire le papier peint. La peinture était encore belle et irait avec le nouveau papier. En fin de semaine, ils vinrent pour déplacer les meubles d’une pièce à une autre de manière à avoir de la place pour travailler. Ils avaient pris des vacances pour cela.

- Demain nous décollerons le papier.

     Le lendemain, lorsqu’ils arrivèrent les meubles qu’ils avaient déplacés se retrouvaient à leur place habituelle.

- Mais qu’est-ce que cela veut dire ?

- Aucune idée, mais la maison n’avait pas de poussière lorsque nous l’avons visitée.

- Et alors ?

- Peut être qu’une femme de ménage à encore les clés et qu’elle a remis tout en place.

- Quand ? Pendant la nuit ?

- Je ne sais pas, mais si nous devons avancer ce n’est pas en ne faisant rien. Bougeons tout et commençons.

- Nous allons dormir sur place ce sera plus simple.

     Le soir même, le papier de la première pièce était décollé. Pendant la nuit, ils entendirent d’étranges bruits, mais trop épuisés de leur journée n’y prêtèrent guerre attention. Qu’elle ne fut pas leur surprise en voyant une nouvelle fois les meubles à leur place.

- S’en est trop ! Je vais aller à l’agence.

     En sortant, ils rencontrèrent une dame qui promenait son chien.

- Vous êtes les nouveaux propriétaires ?

- Oui madame.

- Je vous souhaite bien du courage avec cette maison.

- Pourquoi ?

- oh ! Vous vous en rendrez compte assez vite.

- Savez-vous s’il y a une femme de ménage ?

- Une femme de ménage ? Non ! Personne ne viendrait le faire dans cette maison.

- Mais pourquoi ?

- La femme s’éloigna en levant le bras.

     A l’agence le patron n’était pas là personne ne pouvait les renseigner.

- Bon dans tous les cas on tapisse aujourd’hui.

- Oui.

     Ils déménagèrent une nouvelle fois les meubles puis commencèrent. En fin de journée, le travail était bien avancé. Ils étaient content d’eux, même si épuisés. Ils décidèrent de rentrer chez eux dans leur appartement qui serait loué dès le mois prochain.

     Le lendemain très tôt ils furent sur place et là que virent-ils ? Les meubles une nouvelle fois à leur place, mais en plus le papier n’était plus sur les murs mais au sol comme ci quelqu’un avait ôté les bandes dès qu’elles furent collées.

- Ben zut alors ! Si seulement je comprenais quelque chose à tout cela.

- Peut-être n’avons-nous pas mis la bonne colle. Ces murs sont anciens.

- Non ! J’ai demandé au marchant.

- Et les meubles, j’en ai marre de les remettre chaque jour de l’autre côté. Je ne suis pas déménageur !

Marie Etoile

Correction de Marylène

La suite la semaine prochaine

Quenouillerurale |
ELLE RACONTE |
Story Of Her LIfe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Compared - Easy Secrets In ...
| Aupaysdumoutoncalme
| dinard2014